Rapport annuel
2020

DURALIM
EN 2020

Accueil de nouveaux membres, organisation de journées thématiques, financement d’études sur l’enjeu « soja & déforestation », forte implication dans les travaux de la SNDI, diagnostic du fonctionnement de la plateforme, travail à l’échelle européenne …
L'année 2020 a été riche en projets et en réalisations pour la plateforme Duralim.

Un dynamisme nourri par deux objectifs :

  • éclairer les membres sur le dossier « soja durable ».
  • assurer la reconnaissance de Duralim en tant qu’acteur incontournable sur le sujet de la durabilité auprès de ses parties prenantes au niveau français et européen.

8 nouveaux membres ont rejoint Duralim en 2020

  • TIMAC AGRO FRANCE
  • SYSCO France
  • LIDL
  • ELIOR
  • SYNALAF
  • Etablissements Le Men
  • Huttepain Aliments
  • Inaporc

Des outils disponibles pour mesurer l’impact environnemental de l’alimentation animale

La journée thématique « Mesurer l’impact environnemental de l’alimentation animale : méthodologie et outils de mesure existants » a été organisée par Duralim. Parmi les intervenants, l’INRA a expliqué la méthode ACV et la base de données ECOALIM et la FEFAC a présenté la méthodologie FEED-PEF ainsi que la base de données du GFLI. Enfin, deux entreprises de la nutrition animale sont venues témoigner sur la mise en œuvre d’une évaluation environnementale de leurs produits. En conclusion de la journée, deux besoins se dessinent : harmoniser les méthodologies au niveau national et européen et lier les mesures d’impact de l’alimentation animale aux méthodologies des productions animales.

Aux côtés des démarches Soja des autres pays signataires de la déclaration d’Amsterdam

Duralim a été invitée à participer à une réunion du groupe ENSI (European National Soy Initiatives). Ce groupe réunit toutes les organisations sectorielles travaillant sur le dossier « soja & déforestation » dans les pays signataires de la déclaration d’Amsterdam. Une déclaration commune a été signée par Duralim et les autres membres ENSI visant notamment à s’engager à travailler ensemble et à mener des actions conjointes pour atteindre « 100 % d’approvisionnement en soja non déforestant ». Le groupe s’est réuni régulièrement en 2020 afin d’échanger sur les avancées de chacun. Ce groupe de réflexion prendra la forme d’une plateforme d’échanges début 2021.

Une année qui s’amorce sous le signe du soja durable

Lors de la plénière Duralim du 30 janvier, le dossier soja a été traité par le biais d’une présentation des résultats en cours Earthworm sur le soja brésilien et du lancement de l’étude sur le coût du soja et palme durables dans les produits animaux confiée au Céréopa et à Abcis. La biodiversité a également été identifiée comme sujet à travailler au sein de Duralim afin d’éclairer les membres sur les leviers d’actions et d’inscrire la plateforme dans les travaux des parties prenantes, notamment dans la Stratégie Nationale. Laurence PERIANIN, chef de projet Biodiversité au Ministère de la Transition Ecologique est intervenue pour présenter les actions des Pouvoirs publics en matière de biodiversité. Le rapport annuel 2019 ainsi qu’un film institutionnel ont également été présentés et mis à disposition des membres.

Participation aux travaux d’opérationnalisation de la SNDI

Duralim a participé aux différents ateliers et groupes de travail organisés dans le cadre des travaux du CST Forêt de l’AFD, instance de réflexion sur l’opérationnalisation de la SNDI : construction d’un mécanisme de gestion du risque, réflexions sur les définitions, analyse des schémas de certifications, benchmark des différentes solutions possibles pour des approvisionnement zéro déforestation… Ces ateliers et groupes de travail ont duré jusqu’en juin. Dans ces différentes instances, Duralim a rappelé les enjeux en termes de faisabilité technique et économique des différentes solutions envisagées. Afin de lutter efficacement contre la déforestation mondiale, le secrétariat Duralim a également rappelé l’importance d’éviter le boycott à l’origine du soja et de soutenir la transition agricole des pays producteurs.

Lancement d’une réflexion sur le fonctionnement de la plateforme

Au cours de la réunion plénière du 25 juin, les membres Duralim ont validé la réalisation d’un diagnostic du fonctionnement de la plateforme en s’appuyant sur une expertise extérieure. Le cabinet Outdoo, en charge de ce diagnostic, a contacté les membres de la plateforme de septembre à décembre pour analyser leurs attentes et évaluer les modalités de fonctionnement actuelles de Duralim. Le cabinet présentera ses conclusions et ses recommandations à la plénière de février 2021.

Poursuite des avancées sur le dossier « Soja & déforestation »

Face à l’augmentation du niveau de pression sur le sujet, au niveau français et européen au cours du premier semestre 2020, Duralim a organisé un atelier « Soja & déforestation : bilan des travaux et perspectives ». Une restitution des études financées par Duralim, ainsi qu’un échange sur les besoins d’études et d’actions collectives complémentaires ont eu lieu. Plusieurs nécessités ont été évoquées : continuer d’apporter des éléments de réponse novateurs par la réalisation d’études, partager les résultats des travaux Duralim avec les pouvoirs publics et travailler à l’harmonisation des positions au niveau européen.

Participation à un événement organisé sur le soja étatsunien

Le 15 octobre, Duralim est intervenue à un événement organisé par USSEC, une organisation de producteurs, transformateurs et exportateurs de soja étatsunien. Cette réunion de présentation des atouts économiques et environnementaux du soja US était ouverte aux acheteurs de commodités agricoles français. Les travaux et attentes de Duralim vis-à-vis de la durabilité du soja importé ont été présentés. Afin de pouvoir démontrer et valoriser l’amélioration de l’impact carbone de l’alimentation animale en lien avec l’utilisation de soja garanti comme non-déforestant, des données récentes sur l’empreinte carbone de différentes origines de soja doivent être disponibles.

Approfondissement de l’engagement « 100% d’approvisionnements durables avec un objectif zéro déforestation/conversion » en affinant les définitions « durabilité », « zéro déforestation » et « zéro conversion »

Un GT Définitions a été mis en place pour consolider les définitions de durabilité, déforestation et conversion pour la plateforme Duralim. Concernant l’enjeu de durabilité, l’objectif a été de valider et, si nécessaire, de remettre à jour les enjeux de durabilité déjà identifiés en 2018. Concernant les définitions de déforestation et conversion, l’objectif est double : faciliter et harmoniser les démarches entre opérateurs français mais aussi éviter toute distorsion de concurrence entre les opérateurs français et européens (UE). Le besoin de s’inscrire dans une démarche européenne et de ne pas aboutir à une définition strictement française est donc primordial. Les propositions du GT seront présentées aux membres Duralim pour validation à la plénière de février 2021.

Une rencontre privilégiée entre Duralim et le Ministère de la Transition Ecologique sur la SNDI

Le 17 novembre, le Président et le Secrétariat de Duralim ont rencontré la Directrice de Cabinet du Secrétariat d’Etat chargé de la Biodiversité afin de présenter la plateforme Duralim et ses actions. Un focus a été fait sur les résultats de l’étude économique afin de souligner le surcoût inhérent à l’évolution vers des approvisionnements en soja et palme durables. La feuille de route « soja » de Duralim pour l’année 2020-2021 a également été présentée.

Participation à la journée anniversaire de la SNDI

Le 18 novembre, le Ministère de la Transition Ecologique a organisé une réunion pour faire le point sur les avancées de la SNDI pour son deuxième anniversaire : inclusion de l’enjeu déforestation dans le guide d’achat public et publication d’une plateforme publique d’information sur la déforestation et sur les actions des entreprises. Du côté des participants, les distributeurs français ont présenté leur Manifeste « Pour une mobilisation des acteurs français pour lutter contre la déforestation importée liée au soja ». Le Président de Duralim a alors rappelé l’importance de prendre en compte les surcoûts liés à l’approvisionnement du soja durable, afin de construire une solution ne pénalisant pas la compétitivité des filières animales françaises.

Suites de la révision de la charte d’engagements Duralim

Entamée en 2019, la révision de la charte d’engagements s’est prolongée en 2020 en réunissant à nouveau le groupe de travail dédié. La nouvelle version de la charte sera validée début 2021. L’objectif de cette refonte ? Mettre davantage en avant la contribution de chaque maillon à la durabilité de l’alimentation animale, avec des actions plus spécifiques. Le déploiement de la charte se fera progressivement, afin d’accompagner tous les membres dans l’appropriation des nouveaux périmètres proposés et de faciliter les retranscriptions des actions individuelles réalisées lors du reporting annuel Duralim.

Contribution à la consultation de la Commission européenne sur la déforestation importée

Duralim a publié sa contribution à la consultation publique de la Commission européenne sur les options stratégiques pour réduire la contribution de l’UE à la déforestation et à la dégradation des forêts. Plusieurs impératifs et voies de progression ont été communiqués dans la réponse de la plateforme : construction des mesures à l’échelle européenne et mondiale, partage de définitions communes, élargissement des réflexions à la conversion d’autres écosystèmes, prise en compte des surcoûts pour les filières, accompagnement des pays producteurs, analyse des chaînes d’approvisionnements au niveau mondial.